Developpez.com - Humour Informatique
X

Choisissez d'abord la catégorieensuite la rubrique :

Le best of de l'humour des développeurs

55 catégorie avec 611 blagues Informatique  

Pour une recherche de plusieurs mots
Ecrire :
mot 1;mot 2;mot xxx



Un programme en C (Non testé)
#define like { 
#define man ;} 
#define an ; 
#define SayBro /* 
#define CheckItOut */ 


SayBro like, this is some rad program, so CheckItOut 

like 
     a = b 
          an 
     c = d 
man 

SayBro , like who needs help from them compiler choads anyway? 
THIS is the way to write CLEAR code.  I mean really!  CheckItOut 

like SayBro this is ShellSort straight out of the white book, but in 
a readable form. 

CheckItOut man 

#define YoDude for( 
#define OK     ) 
#define is     = 
#define AND    && 
#define as 
#define Do 
#define long 
#define some 
#define make 
#define garbage 
#define FAROUT 

shell(v, n) SayBro sort v[0]...v[n-1] into increasing order CheckItOut 
int v[], n; 

like int gap, i, j, temp; 

YoDude gap is n/2 an as long as gap > 0 Do some garbage an make gap /=2 OK 
     YoDude i is gap an as long as i < n Do some garbage an make i++ OK 
         YoDude j is i - gap an as long as j >= 0 AND v[j] > v[j+gap] Do some 
             garbage an make j -= gap OK 
             like 
                 temp is v[j]      an 
                 v[j] is v[j+gap]  an 
                 v[j+gap] is temp 
             man 
FAROUT man

Contribution de Goethe
Les vrais informaticiens ne mettent jamais d'ordre sur leur bureau ils y laissent traîner beaucoup de papiers brouillon sur lesquels ils ont griffonné des choses incompréhensibles, ce qui donne l'impression à leur chef qu'ils font bien de la programmation structurée... De toute façon, un bureau en ordre est l'apanage d'un fonctionnaire étant donné qu'il n'a que ça à faire de toute la journée.

Les vrais informaticiens ne portent jamais de cravate. Si d'aventure ils décidaient d'en mettre une quand même, l'oxygène arrivant moins facilement au cerveau, ils deviendraient dans l'heure de mauvais programmeurs, et dans le mois des commerciaux très respectés... De toute façon, les vrais informaticiens ne portent jamais de chemise.

Les vrais informaticiens ne portent jamais de veston ; cet accessoire vestimentaire limitant de manière assez appréciable les mouvements des membres supérieurs, ils se retrouveraient dans l'impossibilité de faire des gestes brusques et violents lorsqu'ils se rendent compte que leur programme sur lequel ils viennent de passer de longues semaines de travail intensif ne tourne pas.

Les vrais informaticiens ne portent pas de pantalon élégant. ils préféreront le jeans qu'on leur a offert pour leur première communion qui, bien que sale et délavé, est beaucoup plus pratique pour éponger la moiteur de leurs mains lorsqu'on leur commande un vrai programme en COBOL.

Les vrais informaticiens ne cirent jamais leurs chaussures. De toute façon, on n'a jamais vu quelqu'un cirer ses Nike Air

Les vrais informaticiens n'ont pas d'attaché-case ; leur tête suffit à transporter leurs connaissances.

Les vrais informaticiens n'ont pas de GSM, car ils n'aiment pas qu'on les fasse chier a longueur de journée... De toute façon, les vrais programmeurs n'ont pour amis que d'autres vrais programmeurs, qui partagent généralement leur bureau.

Les vrais informaticiens n'arrivent jamais à l'heure au travail : la simple notion d'horaire est un frein considérable à l'ingéniosité et à la création dont ils doivent faire preuve dans leur travail.

Au sein d'une entreprise, on séquestre toujours les vrais informaticiens dans un ghetto nommé "service informatique" ou quelque chose du genre. Motif officiel : leur donner l'occasion de travailler en paix. Motif officieux : Ne pas leur donner l'occasion de draguer les jeunes secrétaires en mini-jupes, celles-ci étant chasse gardée des jeunes requins aux dents longues que l'on nomme "jeunes cadres dynamiques".

Les vrais informaticiens préfèrent travailler au Luxembourg car les cigarettes y sont moins chères... Car le vrai informaticien fume, et au moins trois paquets par jour ; il trouve en effet que son cendrier débordant apporte une touche pittoresque sur sa table de travail. De plus, son bureau enfumé a tendance à faire fuir les commerciaux qui viennent

furibonds lui annoncer qu'il ne sera jamais dans les temps pour livrer le vrai programme qu'on lui a commandé et qui ne veulent pas que leur nouveau costume Hugo Boss sente la fumée. A la limite, le vrai informaticien arrêtera de fumer lorsque Bill Gates aura racheté Philip Morris.

Les vrais informaticiens n'aiment pas les langages visuels. Ces langages ont été crées afin que les mauvais programmeurs puissent eux aussi développer des applications gourmandes en mémoire et en temps de calcul, et ce dans le but de faire vendre un maximum de Pentium III. Les vrais informaticiens pour leur part, savent faire tourner les mêmes applications sur des XT... De toutes façons, ils ne savent pas encore qu'on a inventé le Pentium. Les vrais informaticiens détestent encore plus le HTML, ce langage que même les Macintosh comprennent et qui est destiné à des non-programmeurs afin de leur donner l'impression qu'ils sont de vrais programmeurs. S'ils doivent développer un site Web, les vrais informaticiens utiliseront Java, qui, étant proche du C, leur donnera l'impression de faire de la programmation système alors qu'ils sont en train de faire un site pornographique.


Contribution de JeanJean
Les dix commandement du programmeur ou Comment Programmer sans stress.

  1. Des Bugs tu ne t'inquièteras pas. Les bugs dans votre logiciel sont actuellement des fonctionnalités particulières.
  2. Corriger le problème tu ne feras pas. Vos utilisateurs auront plus de chance de gagner au loto que de tomber encore sur ce bug
  3. le traitement des erreurs tu ne géreras pas. La gestion des erreurs ne signifie quelque chose que pour les gens enclins aux erreurs. Ni vous-même ni vos utilisateurs ne sont enclins à faire des erreurs.
  4. Des restrictions, tu n'imposeras pas. Laisser l'utilisateur entrer n'importe quoi comme donnée, n'importe où, n'importe quand. C'est ce que l'on appelle être TRÈS convivial.
  5. Tu n'optimiseras pas. Les utilisateurs seront reconnaissant d'obtenir une information quel qu'elle soit. Ils ne s'inquiètent ni de la vitesse, ni de l'efficacité.
  6. Tu n'aideras pas. Si un utilisateur n'est pas capable d'utiliser seul votre programme, ils est trop abruti pour mériter votre programme de toutes façons.
  7. Tu ne documenteras pas. La documentation ne sert qu'a annoncer de futures modifications. Comme votre programme est parfait des la première version, il n'aura jamais besoin d'être modifié.
  8. Tu ne te presseras pas. Seuls les patrons ou les très mignonnes utilisatrices ont besoin d'un programme dans les temps.
  9. Tu ne réviseras pas Votre intreprétation des spécifications est toujours correcte. Vous connaissez les besoins des utilisateurs mieux qu'eux.
  10. Tu ne partegeras pas. Si des programmeurs ont besoin d'une partie de votre code, ils n'auront qu'à l'écrire eux-memes.

Contribution de Flofelm
_ papa c'est quoi la difference entre realite et virtuel ?
_ On va faire une experience pour t'expliquer : Va demander a ta mere et a te soeur, si elles coucheraient avec n'importe qui pour 1 million d'euros.
Le gamin va demander a sa mere et a sa soeur et revient avec les reponses :
_ Elles ont repondu oui toutes les 2.
_ Alors mon fils, on est virtuellement millionaire, mais en realite on a 2 vraies salopes a la maison.


Contribution de corwin_d_ambre
L'art de se tirer dans le pied en fonction du langage utilisé :

En francais
C : Vous vous tirez dans le pied.

C++ : Vous créez accidentellement une douzaine d'instances de vous-même et leur tirez tous dans le pied. Apporter une aide médicale est impossible car vous ne pouvez pas affirmer quelles sont les copies, chacune se montrant du doigt et disant « c'est moi, là-bas ».

Fortran : Vous vous tirez dans chaque doigt de pied, itérativement, jusqu'à ce que vous n'ayez plus de doigts de pied, puis vous changez de pied et recommencez l'opération. Si vous n'avez plus de balles, vous continuez quand-même, car vous n'avez pas pensé à installer un gestionnaire d'exceptions.

Modula-2 : Après avoir réalisé que vous ne pouviez rien faire en ce langage, vous vous tirez une balle dans la tête.

COBOL : AVEC un REVOLVER COLT45 VISER PISTOLER à JAMBE.PIED, ALORS appuyer BRAS.MAIN.DOIGT sur REVOLVER.GACHETTE. ALORS retourner REVOLVER à HOLSTER. VERIFIER si CHAUSSURE.LACET doit être refait.

BASIC : Tirez dans votre pied avec un pistolet à eau. Sur gros système, continuez tant que tout le corps n'est pas trempé.

Forth : Pied dans votre tirez.

APL : Vous vous tirez dans le pied, puis vous passez tout le reste de la journée à vous demander comment le faire avec moins de caractères.

Pascal : Le compilateur ne vous laissera pas vous tirer dans le pied.

Motif : Vous passez des jours à écrire une description UIL de votre pied, la trajectoire, la balle, et du motif complexe du manche en ivoire du pistolet. Quand vous arrivez enfin à appuyer sur la gâchette, le revolver s'enraye...

Unix
% ls foot.c foot.h foot.o orteil.c orteil.o 
% rm * .o 
% ls 
No such file or directory 

Visual Basic : Vous allez vous tirer dans le pied, mais vous allez tellement prendre votre pied à le faire que vous n'allez rien sentir.

Prolog : Vous dites au programme que vous voulez vous faire tirer dans le pied. Le programme comprend comment le faire, mais la syntaxe ne permet pas de l'exprimer.

sh : Vous tirez en l'air, car vous n'avez pas défini le bon environnement ou la bonne syntaxe. Vous décidez alors de le faire en csh.

csh : Vous prenez trois semaines pour confectionner votre programme, et lorsque vous le lancez, vous vous apercevez que vous avez oublié de tenir compte du nombre de balles. Vous abandonnez et décidez de recommencer en sh.

assembleur 6800 : Vous n'avez pas assez d'accumulateurs pour accéder en même temps à votre main et au pistolet.

Assembleur 68000 : Le coup est partit trop tôt et vous avez pris la balle dans la tête.

Assembleur 8086 : Vous ne pouvez pas tirer car le pistolet et les balles ne se trouvent pas dans le même segment.

LISP : (defun pan() (tirer (pied (viser(revolver (sortir() ) ) ) ) )

Paradox: Non seulement vous pouvez vous tirer dans votre pied, mais les autres utilisateurs aussi.

Reveration: Vous pourrez vous tirer dans le pied dès que vous aurez compris à quoi servent toutes ces balles

Et la version anglaise

C: You shoot yourself in the foot.

C++: You accidentally create a dozen instances of yourself and shoot them all in the foot. Providing emergency medical assistance is impossible since you can't tell which are bitwise copies and which are just pointing at others and saying, "That's me, over there."

FORTRAN: You shoot yourself in each toe, iteratively, until you run out of toes, then you read in the next foot and repeat. If you run out of bullets, you continue with the attempts to shoot yourself anyways because you have no exception-handling capability.

Pascal: The compiler won't let you shoot yourself in the foot.

Ada: After correctly packing your foot, you attempt to concurrently load the gun, pull the trigger, scream, and shoot yourself in the foot. When you try, however, you discover you can't because your foot is of the wrong type.

COBOL: Using a COLT 45 HANDGUN, AIM gun at LEG.FOOT, THEN place ARM.HAND.FINGER on HANDGUN.TRIGGER and SQUEEZE. THEN return HANDGUN to HOLSTER. CHECK whether shoelace needs to be re-tied.

LISP: You shoot yourself in the appendage which holds the gun with which you shoot yourself in the appendage which holds the gun with which you shoot yourself in the appendage which holds the gun with which you shoot yourself in the appendage which holds the gun with which you shoot yourself in the appendage which holds ...

FORTH: Foot in yourself shoot.

Prolog: You tell your program that you want to be shot in the foot. The program figures out how to do it, but the syntax doesn't permit it to explain it to you.

BASIC: Shoot yourself in the foot with a water pistol. On large systems, continue until entire lower body is waterlogged.

Visual Basic: You'll really only _appear_ to have shot yourself in the foot, but you'll have had so much fun doing it that you won't care.

HyperTalk: Put the first bullet of gun into foot left of leg of you. Answer the result.

Motif: You spend days writing a UIL description of your foot, the bullet, its trajectory, and the intricate scrollwork on the ivory handles of the gun. When you finally get around to pulling the trigger, the gun jams.

APL: You shoot yourself in the foot, then spend all day figuring out how to do it in fewer characters.

SNOBOL: If you succeed, shoot yourself in the left foot. If you fail, shoot yourself in the right foot.

Unix:
% ls 
foot.c foot.h foot.o toe.c toe.o 
% rm * .o 
rm:.o no such file or directory 
% ls 
% 
Concurrent Euclid: You shoot yourself in somebody else's foot.

370 JCL: You send your foot down to MIS and include a 400-page document explaining exactly how you want it to be shot. Three years later, your foot comes back deep-fried.

Paradox: Not only can you shoot yourself in the foot, your users can, too.

Access: You try to point the gun at your foot, but it shoots holes in all your Borland distribution diskettes instead.

Revelation: You're sure you're going to be able to shoot yourself in the foot, just as soon as you figure out what all these nifty little bullet-thingies are for.

dBase: You buy a gun. Bullets are only available from another company and are promised to work so you buy them. Then you find out that the next version of the gun is the one that is scheduled to actually shoot bullets.

PL/I: After consuming all system resources including bullets, the data processing department doubles its size, acquires two new mainframes and drops the original on your foot.

Assembler: You try to shoot yourself in the foot, only to discover you must first invent the gun, the bullet, the trigger, and your foot.

or: You crash the OS and overwrite the root disk. The system administrator arrives and shoots you in the foot. After a moment of contemplation, the administrator shoots himself in the foot and then hops around the room rabidly shooting at everyone in sight.

Modula2: After realizing that you can't actually accomplish anything in this language, you shoot yourself in the head.
Objet :l'ordinateur est il de sexe FEMININ OU MASCULIN ?

Depuis que Michou joue avec un Joystick, il s'est toujours demandé si un ordinateur faisait référence a un objet de type féminin ou de type masculin. Il posa la question a un groupe d'expert l'un constitué de femmes, l'autre d'hommes. Il leur fallait trouver pour chaque groupe 4 raisons pour justifier le genre féminin ou masculin d'un ordinateur.

Le groupe de femmes conclut que l'ordinateur était du genre masculin pour les raisons suivantes :
1) Pour capter son attention il faut l'allumer,
2) Il a plein d'informations mais aucune imagination,
3) Il est supposé vous aider mais la moitié du temps il est LE problème,
4) Dès que vous vous engagez avec un vous réalisez que si vous aviez attendu un peu plus longtemps vous auriez eu un modèle plus performant.
Le groupe d'homme arriva a la conclusion que l'ordinateur était du genre féminin pour les raisons suivantes :
1) Personne, sauf son créateur, ne comprend sa logique interne,
2) Le langage natif qu'il utilise pour dialoguer avec un autre ordinateur est incompréhensible de tous,
3) La moindre plus petite erreur est stockée en mémoire pour être ressortie au moment le plus inopportun,
4) Dès que vous vous engagez avec un vous découvrez que vous devez dépenser la moitié de votre salaire en accessoires.


Contribution de sifao
La programmation en C++, c 'est comme le sexe chez les adolescents...
- Tout le monde y pense
- Tout le monde en parle
- Tout le monde croit que le voisin le fait
- Presque personne le fait
- Ceux qui le font le font mal
- Pensent que la prochaine fois ce sera mieux
- Ne prennent pas de précautions.
- N'osent pas avouer leurs lacunes de peur de paraître niais.
- Sont fort bruyants quand ils y arrivent.


Contribution de Sifao
Comment savoir si vous êtes accro à Internet ?

Vous l'êtes si vous répondez aux conditions suivantes :
  1. Il faut 15 minutes pour dérouler vos bookmarks jusqu'au bout.
  2. Vous portez effectivement un ruban bleu vif sur votre veste.
  3. Il y a un site gravé sur vos lunettes.
  4. Vous vous présentez : "Je suis Dupont at HOL point com."
  5. Vous roulez des pelles au site de votre petite amie.
  6. Vous mettez des smileys dans des lettres au percepteur.
  7. Vous refusez de partir en vacances à un endroit sans électricité ni ligne de téléphone.
  8. Ou alors avec un GSM avec modem et portable.
  9. Vous prenez l'avion avec le portable (relié au téléphone cellulaire) sur vos genoux, et votre gamin dans le compartiment à bagages.
  10. Vous rêvez en HTML.
  11. Vous tapez automatiquement com après chaque point.com
  12. Vous sortez de votre chambre et découvrez que votre famille a déménagé.
  13. La caméra qui surplombe votre moniteur est connectée à votre homepage et permet à n'importe qui de voir ce qui se passe chez vous.
  14. Vous allumez l'interphone en quittant la pièce de l'ordinateur pour savoir si des mails sont arrivés.
  15. Le volume du son de l'ordi est à fond pour pouvoir entendre du jardin le signal d'arrivée des mails.
  16. Vous n'avez d'ailleurs jamais pu aller jusqu'au fond dudit jardin, il y avait toujours un message avant.
  17. Vous mettez fin abruptement à un rendez-vous galant (réel) pour aller papoter avec la cyber-poupée que vous avez rencontrée sur un newsgroup.
  18. Tous vos amis ont un @ dans leur nom.
  19. Vous vous êtes aperçu au bout de six mois que le bouton Off de votre modem ne fonctionnait pas.
  20. Il y a des toiles d'araignées sur votre téléphone.
  21. Vous ignorez le sexe de plusieurs de vos amis, l'adresse est neutre et vous n'avez jamais demandé.
  22. Quand vous vous disputez avec plusieurs personnes, vous trouvez que les discussions sont plus constructives en e-mail.
  23. En regardant les liens de la homepage de quelqu'un, vous vous apercevez que vous êtes déjà allé partout.
  24. Votre chien a sa propre homepage.
  25. Vous avez du mal à lire le courrier papier recto-verso : ça veut pas scroller !!
  26. Vous avez visité tous les liens de Yahoo et en êtes à la moitié de Lycos.
  27. Impossible d'appeler votre mère, elle n'a pas de modem.
  28. Vous faites exprès de redoubler un an ou deux d'université juste pour l'accès gratuit.
  29. Vous regardez votre mail : "Pas de message." Et vous vérifiez à nouveau.
  30. Déconnecter votre modem vous fait un grand vide, comme un décès.
  31. Vous faites vos devoirs à la maison en HTML et donnez l'URL à votre prof.
  32. Vos enfants s'appellent Eudora, Mozilla et Netscape.
  33. Vous avez au moins dix sites sur Geocities, cinq chez Mygale, deux chez Chez et vous ne comptez plus vos adresses sur Hotmail.
  34. Votre mari vous apprend qu'il a une barbe de 2 mois.
  35. Teleport Pro ou MemoWeb tournent en permanence en tâche de fond pour récupérer des sites.
  36. A trois heures du matin, vous vous levez pour un besoin pressant et regardez en revenant si vous avez reçu des mails.
  37. Quand sonne la sonnette de la porte d'entrée, vous croyez que c'est encore un nouveau mail qui vient d'arriver.
  38. Vous dites au taxi que vous habitez au http://123.Rue.Gothard.
  39. Votre femme proclame que l'ordinateur ne peut plus venir au lit.
  40. Microsoft et Netscape vous mailent d'office les dernières versions de leurs navigateurs ; vous avez un accès direct aux programmeurs.
  41. Vous connaissez si bien la Toile que vous ne voyez pas l'intérêt de Lycos et Altavista.
  42. Vous n'avez aucun problème à vous connecter à votre fournisseur d'accès : vous ne vous déloguez jamais.
  43. Vous demandez à un plombier combien ça coûterait de remplacer votre chaise par des toilettes.
  44. La dernière femme que vous avez rencontré était en Jpeg.
  45. Vous inclinez la tête à gauche quand vous souriez
  46. Vous allumez votre ordinateur et éteignez votre femme.
  47. Vous avez tenté de télécharger une pizza de http://www.pizzahut.com.
  48. Votre femme dit que la communication est importante dans un mariage. Alors vous achetez un deuxième ordinateur que vous connectez au premier pour que vous puissiez parler tous les deux.
  49. Après un accident de voiture, vous cherchez d'instinct le bouton "Back".
  50. Quand vous allez au toilettes, vous dites "je vais faire un download".
  51. Vous écoutez les informations en Real Audio. Votre musique de fond est directement téléchargée du Net.
  52. Vous consultez six fois par jour le compteur de votre site Web.
  53. Vous connaissez tous les smileys.
  54. Votre note de téléphone arrive dans un paquet.
  55. Vous avez oublié où vous avez planqué votre télé.
  56. Votre coeur s'accélère quand vous rencontrez une nouvelle URL que vous ne connaissiez pas.
  57. France Télécom vous offre une grosse boîte de chocolat au Nouvel An.
  58. Yahoo a doublé son staff depuis que vous leur envoyez des adresses sur tout ce que vous trouvez.
  59. Dans la perspective de la libéralisation des télécoms en 98, plusieurs gros concurrents étrangers vous ont envoyé des mails publicitaires.
  60. Pour savoir quels sont vos consignes et ordres, vos subordonnés se connectent à votre page Web.
  61. Quand vous faites des graffitis dans les toilettes publiques, ce sont des URLs de sites pornos.
  62. Un jour votre provider a appelé le SAMU après avoir vu chuter l'activité de votre liaison.
  63. Les flics vous ont demandé plusieurs fois de l'aide pour se dépatouiller dans la jungle des sites pédophiles ou nazillons; ils ne repartent jamais déçus.
  64. Sur IRC, vous êtes connu comme le Grand Maître.
  65. Il est souvent plus rapide de vous envoyer une question par mail sur un site que de le chercher sur Altavista.
  66. L'alarme "nouveau mail" de votre ultra-portable dérange tout le monde toutes les trois minutes au restaurant, à l'église et chez vos amis.
  67. Vous attaquez votre fournisseur d'accès à accès illimité qui vous a surfacturé après 400 heures par mois. Le fait que vous étiez responsable d'un tiers de son trafic est accessoire.
  68. Vous dormez entrelacés.
  69. Vous donnez votre âge sous la forme 2.x ou 3.x
  70. Votre femme vous appelle à table via votre canal IRC.
  71. Votre femme/votre époux se lève à 4h du matin pour avoir une chance de lire ses propres messages avant que vous ne monopolisiez l'ordinateur.
  72. Lors d'un mariage auquel vous étiez invité, le curé a refusé que vous entriez dans l'église avec votre ordinateur portable.

tirées de http://membres.lycos.fr/courtois/accronet.htm


contribution de Willand
Un cannibale va au marché pour acheter a manger. Sur un stand il y a des cerveaux.
'C'est combien, celui la - cerveau de programmeur linux?'
'30 francs le kilo'
'Et celui-la - cerveau d'analyste Sun?'
'35 francs le kilo'
'Et le dernier - cerveau d'analyste programmeur Mircosoft ?'
'150 francs le kilo'
'Combien !!? mais pourquoi si cher ?'
'Vous vous rendez compte combien il faut en tuer afin d'avoir un kilo de cerveau?'
A un congrès informatique, 3 informaticiens mâles se retrouvent aux toilettes. Après avoir terminé leur petite commission ils se retrouvent devant les lavabos.
Le premier se lave les mains, prend 100 feuilles de papier pour s'essuyer les mains : "Chez microsoft, productivité, productivité !"
Le deuxième se lave les mains, prend une feuille :" chez Apple, rationalité, rationalité"
et le troisième se regarde dans la glace et dit "Chez Sun on ne se pisse pas sur les mains"
1 2 3 4

page 2 / 4

Contacter le responsable de la rubrique Humour Informatique