Developpez.com - Humour Informatique
X

Choisissez d'abord la catégorieensuite la rubrique :

Le best of de l'humour des développeurs

55 catégorie avec 611 blagues A mediter  

Pour une recherche de plusieurs mots
Ecrire :
mot 1;mot 2;mot xxx



Voici une théorie intéressante qui donne à réfléchir.

Un Troupeau de buffles ne peut pas se déplacer plus vite que le buffle le plus lent. Et quand le troupeau est pourchassé par un prédateur, ce sont les buffles les plus faibles qui restent à l'arrière et qui meurent les premiers.
Cette règle de sélection naturelle est une bonne chose pour le troupeau dans son ensemble, puisque la vitesse générale et la santé du groupe augmentent avec la disparition régulière de ses membres les plus faibles.
De la même manière, le cerveau humain ne peut pas aller plus vite que le plus lent de ses neurones. Or comme chacun le sait, la consommation excessive d'alcool détruit les neurones, mais naturellement ce sont les neurones les plus faibles qui sont attaqués en premier lieu. Dans ce sens, la consommation régulière d'alcool élimine les neurones les plus faibles, faisant du cerveau une machine toujours plus rapide et plus efficace.
Le résultat de cette profonde étude neurologique vérifie et valide la relation causale entre les fêtes de fin de semaine et le rendement des mathématiciens, informaticiens, ingénieurs, économistes, avocats, architectes, stagiaires, etc...
De cette façon on explique pourquoi, quelques années après la sortie de l'université et après s'être marié, la plupart des professionnels ne peuvent maintenir les niveaux de rendement des étudiants récemment diplômés.
Seule la minorité de ceux qui persistent dans le régime strict d'une consommation vorace d'alcool peut maintenir les niveaux intellectuels tels qu'ils étaient durant leurs années estudiantines.
Pour toutes ces raisons, ceci est un appel aux armes. Pendant que notre pays est en train de perdre son potentiel intellectuel, nous ne pouvons décemment pas rester à la maison sans rien faire!!!

Alors prions!

Notre bière qui est au frais.
Que notre demi soit versé
Que notre volonté soit faite au bar comme au comptoir
Pardonnez-nous nos gueules de bois
Comme nous pardonnons à ceux qui boivent du Coca
Soumets-nous au demi pression
Et délivre-nous de la soif
Amen (ton pack ...)
C'est un petit moineau qui part vers le sud pour y passer l'hiver .
Seulement voilà il s'y est pris trop tard et un coup de vent glacial lui raidis les ailes et il se casse la gueule dans la neige .

Un moment plus tard un corbeau passe au dessus de notre moineau surgelé et lache une bonne grosse fiente .

Le moineau dégele et est super content ce qui fait qu'il arrête pas de chanter

Encore un peu plus tard un chat affamés passe par là , gratte la merde et bouffe le moineau

Moralité :

Si quelqu'un vous met dans la merde ce n'est pas forcément pour vous nuire

Si quelqu'un vous sort de la merde ce n'est pas forcément qu'il vous veut du bien

Enfin si vous êtes pénard bien au chaud et qu'il pèle dehors évitez de le gueuler sur tout les toits !


Sur ce méditez bien
La première fois, j'avais 14 ans, lui 32 ans ...
Pour la première fois, nous étions seuls dans la pièce ...
Je renversais la tète en arrière ...
Je savais ce qu'il voulait.
C'était la première fois !
Il me toucha lentement et délicatement l'endroit avec la main ...
Je retins ma respiration ...
« J'ai peur », lui dis-je en retenant mon souffle ...
« Je serai prudent. », me répondit-il ...
Il me demanda alors si je pouvais me soulever un peu pour qu'il y arrive mieux ...
Je gémissais, le sang commençait à couler, je me comportais comme une femme ...
Tout à coup, je n'en pus plus . Je remplissais la pièce de gémissements et de cris !!!
« Elle est déjà sortie. » me dit-il au bout d'un moment ...
Cela me faisait très mal ... La bouche ouverte, je reprenais mon souffle.
C'était la première fois ...




...que je me faisais arracher une dent
Un jeune disciple, assidu et perturbe, est plonge dans la lecture de Confucius lorsqu'il decouvre, avec stupeur et perplexite, cette maxime :
" De tout l'univers, la femme et la perle sont les deux plus belles merveilles qu'il se puisse concevoir, principalement la perle."
Aussitot, le disciple se tourne vers son mentor et lui dit :
- Grand Maitre, veuillez pardonner par avance mon impertinence, mais quel est donc le sens profond de cet adage ?
- Jeune et perturbe disciple, sache donc du plus loin de ton inexperience que, s'il est vrai qu'autant la femme que la perle peuvent s'enfiler, la perle, elle, peut l'etre par les deux bouts.
Le jeune disciple fronce les sourcils et ose :
- Mais Grand Maitre, veuillez pardonner mon impertinence et me chatier si je le merite, mais n'est-il pas vrai que la femme puisse egalement s'enfiler par les deux bouts ?
- Ah, jeune, indiscipliné et oh combien inexperimenté que tu es, cela est juste, mais dans ce cas, c'est une perle....
Cher frère blanc
Quand je sus né, j'étais noir
Quand j'ai grandi, j'étais noir
Quand je vais au soleil, je suis noir
Quand je suis malade, je suis noir
Quand je mourrai, je serai noir
Tandis que toi, homme blanc
Quand tu es né, tu étais rose
Quand tu as grandi, tu étais blanc
Quand tu vas au soleil, tu es rouge
Quand tu as froid, tu es bleu
Quand tu a peur, tu es vert
Quand tu es malade, tu es jaune
Quand tu es mort, tu es gris
Et après çà, tu a le toupet de m'appeler
HOMME DE COULEUR
Un jour, un vieux professeur de l'Ecole nationale d'administration publique (ENAP) fut engagé pour donner une formation sur La planification efficace de son temps à un groupe d'une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Ce cours constituait l'un des cinq ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n'avait donc qu'une heure pour passer sa matière.
Debout, devant ce groupe d'élite (qui était prêt à noter tout ce que l'expert allait enseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit : Nous allons réaliser une expérience.
De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot Maison d'un gallon (pot de verre de plus de 4 litres) qu'il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu'au bord et qu'il fut impossible d'y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda :
Est-ce que ce pot est plein?.
Tous répondirent : Oui.
Il attendit quelques secondes et ajouta :Vraiment?.
Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s'infiltrèrent entre les cailloux. jusqu'au fond du pot.
Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda : Est-ce que ce pot est plein?. Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège.
L'un d'eux répondit: Probablement pas!.
Bien! répondit le vieux prof.
Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une chaudière de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier.
Encore une fois, il demanda : Est-ce que ce pot est plein?.
Cette fois, sans hésiter et en choeur, les brillants élèves
répondirent : Non!.
Bien! répondit le vieux prof. Et comme s'y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d'eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu'à ras bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ?
Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondit : Cela démontre que même lorsque l'on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire.
Non répondit le vieux prof. Ce n'est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante :
si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite. Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l'évidence de ces propos.
Le vieux prof leur dit alors : Quels sont les gros cailloux dans votre vie?
Votre santé? Votre famille?
Vos ami(e)s? Réaliser vos rêves?
Faire ce que vous aimez? Apprendre?
Défendre une cause? Relaxer?
Prendre le temps...? Ou... toute autre chose?
Ce qu'il faut retenir, c'est l'importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir...sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n'aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie.
Alors, n'oubliez pas de vous poser à vous-même la question :
Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie?
Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie)
D'un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle.

Bonne méditation !


Un chômeur postule pour un poste d'homme de ménage chez Microsoft.
Le DRH lui fait passer un entretien, puis un test (balayer le sol), et lui dit:
"Tu es engagé; donne-moi ton e-mail et je t'enverrai le formulaire à remplir, ainsi que la date et l'heure auxquelles tu devras te présenter pour commencer ton travail."
L'homme, désespéré, répond qu'il ne possède pas d'ordinateur, et encore moins d'e-mail.
Le DRH lui dit alors qu'il est désolé, mais que s'il n'a pas d'e-mail, cela signifie que virtuellement il n'existe pas, et, comme il n'existe pas, il ne peut avoir le job.
L'homme sort, démoralisé, sans savoir que faire; avec seulement US$ 10 en poche. Alors il décide d'aller au supermarché et acheter une caisse de 10 kilos de tomates.
Il se met ensuite à faire du porte à porte pour vendre ses tomates au kilo, et, en moins de deux heures, réussit à doubler son capital. Il répète l'opération encore trois fois et revient chez lui avec US$ 60.
Alors, il réalise qu'il peut très bien survivre de cette manière; il part de chez lui tous les jours plus tôt et revient chez lui plus tard, et ainsi triple ou quadruple son argent chaque jour. Peu de temps après, il achète une charrette, puis l'échange pour un camion et peu de temps après se retrouve avec une petite flotte de véhicules de livraison.
Passent 5 ans, l'homme est propriétaire d'un des plus grands distributeurs alimentaire des États Unis. Il pense alors au futur de sa famille, et décide de prendre une assurance vie. Il appelle un assureur, choisit un plan d'assurance et quand la conversation termine, l'assureur lui demande son e-mail pour lui envoyer la proposition.
L'homme dit alors qu'il n'a pas d'e-mail.
"Curieux, lui dit l'assureur, vous n'avez pas d'e-mail et vous êtes arrive à construire cet empire, imaginez ce que vous seriez si vous aviez un e-mail!!."
L'homme réfléchit et répond :
"Je serais homme de ménage chez Microsoft!!"

Morale de l'histoire n°1:
Internet ne solutionne pas ta vie .

Morale de l'histoire n°2:
Si tu veux être homme de ménage chez Microsoft, cherche a avoir un e-mail.

Morale de l'histoire n°3:
Si tu n'as pas d'e-mail et que tu travailles beaucoup, tu peux devenir millionnaire.

Morale de l'histoire n°4:
Si tu as reçu ce message par e-mail, tu es plus proche d'être balayeur que Millionnaire


Un prêtre circule en voiture lorsqu'il aperçoit une religieuse faisant du stop. il s'arrête pour la laisser monter. Elle s'assoit dans la voiture laissant apparaître des cuisses magnifiques et le prêtre en est tout retourné, tant et si bien qu'il manque de provoquer un accident. Il reprend le contrôle de sa voiture et pose sa main sur la jambe de la religieuse.
La religieuse lui dit :
Mon père, pensez au psaume 129 !" le prêtre est confus et lui présente ses excuses. Mais il n'arrive pas à détacher les yeux de ses jambes, et un moment plus tard, il recommence : il pose à nouveau la main sur sa cuisse. La religieuse répète à nouveau : " mon père, pensez au psaume 129 !" Le prêtre, très gêné, s'excuse une seconde fois en lui disant :
"désolé, ma soeur, la chair est faible !" et il dépose la religieuse au couvent. Il se précipite dans son église pour aller lire le psaume 129 et lit ce qui suit :
" va plus loin mon fils et cherche plus haut, alors tu seras dans l'allégresse et tu trouveras la gloire !"

Moralité de l'histoire :
tâchez d'être toujours aussi informé que possible dans votre travail, autrement vous pourriez bien rater de grandes opportunités !


Ca se passe autour d'un étang, quelque part en campagne.
Autour de cet étang se trouve un gros saule pleureur, des roseaux et des nénuphars.

Au pied du gros saule, un matou miaule tout ce qu'il sait, pour s'attirer les faveurs d'une petite femelle percher sur une branche de l'ardre au-dessus de l'étang. Il miaule, il miaule et miaule encore, tandis que la belle feignant l'indifférence, fait sa toilette.
A ce moment, au bord de l'étang, jaillissant des roseaux une libellule se met à butiner de nénuphars, en nénuphars en faisant "BZZZZZZZZZZZZZZZ".
Justement, sur une feuille de nénuphar, une grenouille se tient coi (COÂ). Elle vient de voir la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ". Et elle se dit:

Quand la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ" passera devant moi, je bondit et je la gobe ! Bon plan, Bon repas!


Entre deux eaux, dans l'étang, se trouve un brochet, qui a vu toute la scène. Il a vu la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ", et la grenouille sur sa feuille de nénuphar, et il se dit :

Quand la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ" arrivera devant la grenouille, celle-ci sautera pour gober la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ", et moi je n'aurais plus qu'a jaillr hors de l'eau d'un coup de queue puissant pour attraper la grenouille ! Bon Plan ! Bon Repas !


Au même moment, cacher dans les roseaux, se trouve un renard ! Et le renard a vu toute la scene ! Il a vu la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ", il a vu la grenouille sur sa feuille de nénuphar, et il a vu le brochet entre deux eaux, et il se dit :

Quand la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ" arrivera devant la grenouille, celle-ci sautera pour gober la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ", et le brochet jaillira hors de l'eau pour attraper la grenouille, moi, a ce moment, je bondit hors de ma cachette et d'une coup de patte rapide et précis, je choppe le brochet ! Bon Plan ! Bon Repas !


En face du renard, également planquer dans les roseaux, se trouve un chasseur. Et ce chasseur a tout compris (c'est rare pour un chasseur). Il a vu la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ", et il a vu la grenouille sur sa feuille de nénuphar et il a vu le brochet entre deux eaux et il a vu le renard planqué dans les roseaux. Alors il se dit :

Quand la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ", arrivera devant la grenouille celle-ci sautera pour gober la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ", et le brochet jaillira hors de l'eau pour attraper la grenouille, et la le renard sortira de sa cachette pour chopper d'un coup de patte rapide et précis le brocher. A ce moment, je pourrais ajuster le renard d'un coup de fusil ! Bon Plan ! Bonne Chasse !


Et ce qui devait arriver, arriva !
La libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ" arrive devant la grenouille.
La grenouille bondit et gobe la libellule qui butine de nénuphars en nénuphar en faisant "BZZZZZZZZ".
Le brochet jaillit alors hors de l'eau et attrape la grenouille.
Dans les roseaux, a cet instant précis, le renard bondit de sa cachette et d'un coup de patte rapide et précis choppe le brochet.
Le chasseur ajuste alors le renard et d'un seul coup de fusil abat le pauvre renard !

A ce moment, le coup de fusil fait sursauter la minette sur sa branche de saule, et elle tombe dans l'étang ! PLOUF !

Moralité : Plus les préliminaires sont longs....
Plus la chatte est mouillée !


Qui devrait être chef ?

Quand le corps humain fut créé, toutes ses parties voulaient être chef.

Le cerveau disait : "Puisque je contrôle et que je pense pour tout le monde,je devrais être chef".
Les pieds disaient : "Puisque nous transportons le corps là où il le veut et lui permettons de faire ce que désire le cerveau, nous devrions être le chef".
Les mains disaient : "Puisque nous faisons tout le travail et gagnons de l'argent pour entretenir tout le corps, nous devrions être le chef". Et ainsi de suite pour le coeur, les yeux, les oreilles, et les poumons.
Enfin le trou du cul se fit entendre et demanda à être le chef. Les autres parties du corps éclatèrent de rire à l'idée qu'un trou du cul puisse être chef.
Le trou du cul se mit en colère et se referma sur lui-même refusant de fonctionner.
Bientôt, le cerveau devint fiévreux, les yeux se croisèrent et devinrent vitreux, les pieds trop faibles pour marcher, les mains pendaient sans force, le coeur et les poumons luttaient pour survivre.
Alors, tout le monde supplia le cerveau de se laisser fléchir et de permettre au trou du cul de devenir le chef du corps humain. Ainsi fut-il fait !
Toutes les parties du corps faisaient le travail, tandis que le trou du cul
dirigeait tout le monde et s'occupait principalement de la petite merde comme devrait le faire chaque chef digne de ce nom.
Moralité : "Il n'est pas absolument nécessaire d'être un cerveau pour devenir chef".


Contribution de Cassandra
1 2

page 1 / 2

Contacter le responsable de la rubrique Humour Informatique