Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Trolldi : 30% des travailleurs remplaceraient leur patron par un robot
Un pourcentage qui augmente dans la perspective d'un robot humanoïde amical

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

23  0 
S'il était possible de remplacer votre patron actuel par un robot, lequel des deux choisiriez-vous ?
Il n'est pas rare d'entendre des travailleurs se plaindre de leurs patrons, à juste titre ou non. Certains se plaignent par exemple des patrons qui savent comment diriger l'entreprise, mais ne savent pas comment diriger les employés. Avec la presse qui parle de plus en plus de l'automatisation et de l'émergence des robots et IA sur le lieu de travail, nombreux sont les employés qui sont inquiets. Face à cela, Kevin Kruse, PDG de LEADx (une entreprise qui a lancé le Coach Amanda, un coach boosté à l'intelligence artificielle qui améliore le leadership et l'engagement des employés) s'est interrogé sur les nuances de ces émotions : combien de personnes préféreraient un robot à leur patron ? Surtout que, plus tôt cette année, le Wall Street Journal a publié un article intitulé Les robots qui gèrent les gestionnaires, qui a conduit à plusieurs messages de peur dans sa boîte de réception.

Aussi, pour approfondir ces questions, en juillet 2019, LEADx a utilisé un panel SurveyMonkey pour mener une enquête auprès de 1080 gestionnaires, âgés de 25 à 55 ans. La répartition des sexes était équilibrée (51 % d'hommes, 49 % de femmes) et tous les participants vivaient aux États-Unis.

20 % des travailleurs remplaceraient leur patron par un robot générique

L'une des questions était intentionnellement vague :

Si la société pour laquelle vous travaillez venait à proposer de remplacer votre responsable - la personne qui est actuellement votre patron - par un robot, cela vous siérait-il ?

Et 20 % du panel a répondu oui.

Kruse explique que « Nous avons volontairement laissé la définition de "robot" vague. Il revenait au répondant de l’enquête d’imaginer que leur nouveau robot-patron était soit un programme informatique d’IA, soit un humanoïde, ou autre chose. Supposaient-ils qu'il s'agissait du robot Atlas de Boston Dynamics ou du Roomba ? »

Leur hypothèse était que les jeunes sont plus ouverts à l'idée de l'IA et des robots que les personnes plus âgées et ils l'ont vérifié dans les résultats de l'enquête :
  • 25-29 ans : 24 % remplaceraient leur patron par un robot
  • 30-44 ans : 20 % remplaceraient leur patron par un robot
  • 45 à 55 ans : 17 % remplaceraient leur patron par un robot

Ils pensaient également que plus d'hommes que de femmes seraient ouverts à l'idée de travailler pour un robot, étant donné le déséquilibre malheureux en matière de participation des hommes et des femmes aux programmes STIM (un américanisme désignant quatre disciplines : science, technologie, ingénierie et mathématiques) à l'école et dans les carrières STIM. Cela s'est également avéré correct :
  • 25 % des hommes remplaceraient leur patron par un robot
  • 15 % des femmes remplaceraient leur patron par un robot

30 % voudraient remplacer leur patron par un robot humanoïde amical

Pour mieux comprendre les préjugés inconscients à l’encontre de l’intelligence artificielle et des robots en général (c’est-à-dire ce que les gens pensent ou supposent à propos des robots), ils ont posé une question de suivi : au lieu d’avoir un « robot-patron » sans description, ils ont spécifiquement décrit un robot convivial: le C-3PO (un « droïde de protocole » de la saga Star Wars, personnage récurrent et emblématique de la saga cinématographique).


C-3PO

Si la société pour laquelle vous travaillez a proposé de remplacer votre manager par un robot, ET si le robot avait l'air amical, comme le robot C-3PO de Star Wars, voudriez-vous remplacer votre patron par le robot ?

Dans ce cas, 50 % de plus de répondants seraient intéressés à remplacer leur patron actuel. Plus précisément, 30 % ont répondu qu'ils remplaceraient leur patron par un androïde de type C-3PO si cela était possible.

Encore une fois, la corrélation avec l'âge était forte:
  • 25-29 ans: 41 % remplaceraient leur patron par un robot de style C-3PO
  • 30-44 ans: 26 % remplaceraient leur patron par un robot de style C-3PO
  • 45 à 55 ans: 22 % remplaceraient leur patron par un robot de style C-3PO

Une fois encore, les hommes préféraient de loin le robot-patron aux femmes.
  • 38 % des hommes remplaceraient leur patron par un robot
  • 21 % des femmes remplaceraient leur patron par un robot

41 % des hommes de moins de 30 ans remplaceraient leur patron par un Android

En combinant les données démographiques par âge et par sexe, il s’avère que quatre hommes sur dix âgés de moins de 30 ans préfèrent travailler pour un robot humanoïde au lieu de leur patron actuel.

Pourquoi les gens ne remplaceraient pas leur patron avec un robot ?

Les raisons pour lesquelles les gens préféraient garder leur chef humain étaient les suivantes:
  • Ils aiment leur patron (par exemple : « Je ne pense pas que je serais capable de déconner avec un robot comme je le fais avec mon patron, j'aime mon patron »)
  • Ils doutent des capacités des robots (par exemple, « les robots ne peuvent pas être aussi intelligents que les humains »).
  • Ils doutent des compétences en relations humaines et de l'empathie des robots (par exemple, « mon patron a une intelligence émotionnelle alors qu'un robot n'en a pas »)
  • Ils ont peur des robots (par exemple: « J'ai vu le Terminator et ça ne se termine pas bien »)
  • Ils ne veulent pas mettre les humains au chômage (par exemple, « je ne veux pas qu'une personne perde son travail au profit d'une machine »).

Pourquoi les gens remplaceraient leur patron par un robot ?

Les raisons pour lesquelles les gens préfèrent un robot incluent :
  • Ils n'aiment pas leur patron (par exemple, « le patron actuel est un enfoiré »)
  • Ils croient que leur patron est partial (par exemple, « avec un robot, aucun favoritisme ne serait possible »)
  • Ils pensent que leur patron manque de compétence (par exemple, « les robots seraient plus utiles. Mon patron est désorganisé, incohérent et ne peut pas m'aider »)
  • Leur patron manque de compétences interpersonnelles et d’empathie (par exemple, « Mon patron n’a pas de compétences interpersonnelles, ce serait bien »).



Kevin conclut ainsi :

« À bien des égards, cette simple enquête porte moins sur l'IA et la robotique que sur l'engagement des employés. Il est révélateur que 20 à 30 % des personnes qui remplaceraient volontiers leur chef humain par un robot représentent à peu près le même pourcentage de personnes classées comme "activement désengagées" au travail dans les enquêtes sur l’engagement des employés. Les gens sont très disposés à travailler avec la technologie, en particulier sous une forme humanoïde, si cela signifie se débarrasser de leur mauvais patron. [ L'engagement des employés est un concept fondamental dans l'effort visant à comprendre et à décrire, à la fois qualitativement et quantitativement, la nature de la relation entre une organisation et ses employés. Un «employé engagé» est défini comme une personne totalement absorbée par son travail et enthousiaste à son égard et qui prend donc des mesures positives pour promouvoir la réputation et les intérêts de l'organisation. Un employé engagé a une attitude positive envers l'organisation et ses valeurs. En revanche, un employé désengagé peut aller du minimum requis au travail (alias "cabotage") à un employé qui nuit activement au rendement et à la réputation de l'entreprise ].

« Mais il est également intéressant de noter le changement de réponses une fois que les gens sont assurés qu’ils auront un robot amical à la mine humaine en tant que patron. Sauf indication contraire, beaucoup de gens imaginent quelque chose d'effrayant, de peu sympathique ou des deux.

« Enfin, nous pouvons constater une grande différence dans la façon dont la jeune génération perçoit les robots au travail. À mesure que l'IA et la robotique se développent et que de plus en plus de gens commencent à travailler avec des agents intelligents, nous pouvons voir à quel point les problèmes de gestion du changement culturel seront moins importants ».

La parole aux experts

Le Chartered Management Institute, une institution professionnelle agréée pour le management et basée au Royaume-Uni, s'est également demandé si un robot pouvait remplacer un patron. Au lieu de passer par un sondage, elle a demandé à des experts de peser le pour et le contre. En voici les résultats.

Les robots peuvent produire des résultats durables, mais font-ils pour autant de bons managers ?
Oui, c'est déjà le cas

Selon Steve Reilly, PDG de l'agence de contenu numérique VistaBee :

« Les robots font déjà de bons managers. Nos clients apprécient les interactions humaines initiales, mais une fois le compte créé, nous n’avons plus besoin de parler à qui que ce soit, c’est entièrement automatisé. Notre système gère la boutique avec peu d'interaction humaine.

« Du point de vue du service à la clientèle, les gens recherchent souvent la validation humaine, mais le système peut le fournir également. En fait, il est beaucoup mieux fait que de le faire, car les humains font beaucoup plus d’erreurs que les robots.

« Les humains prennent des décisions émotionnelles, mais les robots donnent instantanément au client ce dont il a besoin. Cela accélère le processus et rend le tout beaucoup plus efficace, ce qui est meilleur pour le client et, finalement, bénéfique pour l’entreprise ».


Non, ils n'ont pas d'intelligence émotionnelle

Dale Williams, directeur général de Yolk Recruitment, indique que :

« Les bons managers ont tous quelque chose à enseigner aux machines : l’intelligence émotionnelle. Les meilleurs gestionnaires peuvent comprendre et travailler avec différents types de personnalité pour les motiver et obtenir les meilleurs résultats de l'équipe. Une grande partie de ceci est une communication non verbale et basée sur l'expérience et l'instinct.

« Il est difficile de voir comment nous pourrions enseigner ces compétences à une machine, du moins dans les prochaines décennies. Si les rôles de gestion devaient être assumés par des robots, le moral de l’équipe risquerait également d’être compromis - après tout, il serait presque impossible de faire confiance à une équipe.

« Nous savons que l'introduction de l'IA peut potentiellement automatiser les processus. Cependant, je crois qu'il y aura toujours une demande pour les compétences générales et le contact humain - en fait, celles-ci deviendront plus importantes que jamais ».

Oui, ils produisent des résultats bien meilleurs et durables

Pour Alistair Shepherd, fondateur du spécialiste des ressources humaines Saberr :

« Nous avons créé CoachBot, un logiciel intelligent qui utilise l'intelligence artificielle pour donner une formation en gestion. Un coach numérique efficace utilise l’intelligence artificielle pour poser les bonnes questions en fonction de la situation et amener ensuite l’équipe aux bonnes réponses : c’est exactement ce qu’un bon coach humain peut faire, mais les robots le font mieux.

« Le coaching humain génère au départ un pic d’apprentissage ou un changement de comportement, mais au cours des jours suivants, vous constaterez une baisse tout aussi marquée de l’apprentissage retenu.

« Un coach numérique peut rester présent dans la situation beaucoup plus longtemps qu'un être humain, offrant une formation lorsque cela est nécessaire plutôt que lorsque la session de formation est programmée. En conséquence, il peut produire des résultats bien meilleurs et durables ».

Non, ils manquent de jugement

Donal Daly, cofondateur de la société de logiciels intelligents Altify, avance que :

« Nombreuses sont les tâches répétitives des managers sont répétitives. Ils ont peu de compréhension de ce qu’ils font - c’est une combinaison du contexte dans lequel ils se trouvent et des données sous-jacentes. Mais, à mesure que vous progressez dans la connaissance de ce que fait un gestionnaire - le domaine du leadership de niveau supérieur -, les machines deviennent beaucoup moins capables de s’acquitter de ces tâches.

« L'interaction manager-employé est souvent une situation unique dans laquelle une décision basée sur le jugement est nécessaire, et ce manque inhérent de données historiques empêche les machines de trouver la bonne réponse et de prendre la bonne décision ».

Source : tribune Kevin Kruse, CMI

Et vous ?

S'il était possible de remplacer votre patron actuel par un robot, lequel des deux choisiriez-vous ?
Un robot peut-il faire un bon manager selon-vous ? Pourquoi ?
Comment imaginez-vous un robot-patron ?
En cas de panne, un autre robot-patron intérimaire ou un humain ?
En cas de bogue, faut-il quand même écouter le robot patron, même s'il se trompe ouvertement ?
Renverser du café sur le robot-patron, nouvelle faute professionnelle ? Faute lourde si cela entraîne un court-circuit du robot-boss ?
Que pensez-vous des arguments des experts ?

Voir aussi :

Trolldi : Mozilla nominé parmi les "Internet Villain" par l'ISPA britannique pour son support de DNS-over-HTTPS, aux côtés de l'article 13 et de Trump
Trolldi : travailler juste une journée par semaine pourrait améliorer votre santé mentale, d'après une étude des chercheurs de l'université Cambridge
Trolldi : un développeur présente le nouvel élément HTML <clippy>, une satire pour dénoncer l'attitude parfois « arrogante » de certaines entreprises
Trolldi : Playdate, la « Game Boy » nouvelle génération disposant d'une manivelle, vous réserve plein de surprises

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de GLDavid
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/09/2019 à 11:30
Bonjour

Je pense que je peux remplacer mon chef actuel par un robot sans souci.
Pourquoi? Parce qu'il y a 3 mois, une réorganisation m'a fait changer de chef (d'ailleurs, ni moi ni mon ancien chef étions informé de cela, aucun préavis). J'ajoute que j'ai été recruté par mon ancien chef, qui était développeur, américain de son état mais avec lequel les relations étaient franches et le cadre clair.
Donc, me voilà avec un nouveau boss, français, mais qui a passé le plus clair de son temps à gérer des techniciens de maintenance. Le voilà maintenant à 'gérer' un professionnel de l'informatique de service et des projets de service. Autant le dire, son 1er meeting avec moi était cocasse. Je pense que mon poisson rouge a mieux compris l'étendue de ce que je fais ainsi que de mes réalisations (allez lui parler de microservice connecté à une base de données et rapportant des flux JSON, vous auriez dû voir sa tête!).
Ainsi, de son aveu, ma chaîne d'ordre passe encore par les USA. Il s'autorise de temps à autre des 'pics' pour montrer qu'il est le chef mais j'en ai cure.
Revenons en à la question initiale. Alors pourquoi un robot? Et bien dans ma configuration, j'attends de mon chef qu'il valide:
  1. mes congés
  2. mon activité mesurable (projets bouclés en fonction des deadlines, mesure de la qualité du code, ...)
  3. mes timesheets

Vous conviendrez qu'en l'état, un robot m'est suffisant.
Ironie à part, dans sa généralité, je considère qu'avoir un robot comme chef serait vraiment l'apogée de la déshumanisation du monde du travail.

@++
6  0 
Avatar de Galet
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 20/09/2019 à 12:14
Joli et vaste sujet...de polémique !

Quand les chercheurs auront (enfin ?!?) trouvé une trace de l'AI (dans notre système solaire) et que cette intelligence sera à même de comprendre que la finalité de (tous?) les problèmes devraient permettre aux êtres humains de mieux vivre (avec leurs incohérences), les robots enfileront surement des gilets Or ou Platine pour revendiquer leur place en parité dans les directoires des grandes entreprises (les autres auront été déjà absorbées...)

Alors, à quand la parité Femmes/Hommes/Robots...ou un peu plus tard êtres humains/Robots ?

Il faudra aussi légiférer sur le harcèlement Robot/êtres humains...

Pour le moment, il me semble que les robots sont encore au moins aussi bêtes que ceux qui les programment...pourvu que cela dure . Quand est-il des chefs !

Et puis, les chefs, c'est comme les étagères, a dit le sage, plus c'est haut et moins ça sert ! Alors, Robots ou pas quelle est la différence ?

Voilà ma réponse Troldi !

Pour être plus sérieux (pas trop longtemps alors !), il existe déjà de nombreux cas où les machines imposent leur volonté aux hommes. La vie est plus basique (oups!) et binaire (re-oups!).
J'espère donc que j'arriverai à éviter de devenir l'employé d'un robot !

Bon, mais après réflexion, entre deux câlins, mon épouse a quelquefois tendance à répéter la même chose...vous croyez que c'est un virus ou que la transformation a déjà commencée ?
Et voilà que cela me reprend....

Belle journée à tous et merci Troldi !
1  0 
Avatar de sergio_is_back
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/09/2019 à 13:01
Citation Envoyé par Galet Voir le message

Pour le moment, il me semble que les robots sont encore au moins aussi bêtes que ceux qui les programment...pourvu que cela dure . Quand est-il des chefs !
C'est sûrement parce qu'ils sont conçus par des chefs...

Citation Envoyé par Galet Voir le message

Et puis, les chefs, c'est comme les étagères, a dit le sage, plus c'est haut et moins ça sert ! Alors, Robots ou pas quelle est la différence ?
+1
C'est plus que vrai...

Sinon comme robot on a déjà la droïde Greta Thunberg qui passe son temps à répéter les même phrases en boucle avec la même intonation et la même expression... C'est particulièrement flippant quand on regarde plusieurs de ces interventions
1  0 
Avatar de L33tige
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 20/09/2019 à 13:25
Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
C'est sûrement parce qu'ils sont conçus par des chefs...

+1
C'est plus que vrai...

Sinon comme robot on a déjà la droïde Greta Thunberg qui passe son temps à répéter les même phrases en boucle avec la même intonation et la même expression... C'est particulièrement flippant quand on regarde plusieurs de ces interventions
Oui enfin elle est autiste. Genre pas de manière discriminatoire, elle est vraiment autiste.
0  0 
Avatar de sergio_is_back
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/09/2019 à 13:37
Citation Envoyé par L33tige Voir le message
Oui enfin elle est autiste. Genre pas de manière discriminatoire, elle est vraiment autiste.
Ça sert à quoi les trollidis si on ne peut plus raconter des conneries ?
Et je savais pas qu'on pouvait être autiste de manière discriminatoire....
0  0 
Avatar de wallas00
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 20/09/2019 à 14:18
Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
Ça sert à quoi les trollidis si on plus raconter des conneries ?
Et je savais pas qu'on pouvait être autiste de manière discriminatoire....
Donc tu sous-entends que les autistes ne constituent pas une minorité qui subie une oppression volontaire ou involontaire des mâles caucasiens...

Bon je m'arrête avant de m'enfoncer encore plus

Plus sérieusement, j'ai toujours besoin d'un humain comme chef d'entreprise et comme manager.

Le problème dans la majeure partie des compagnie francophone, est que ces derniers sont la plupart du temps incompétents par rapport au domaine d'expertise de leur entreprise; par exemple:

- des managers de projets logiciels qui manquent de connaissances consistantes en architecture, programmation et release management. Sans compter le fait qu'ils sont parfois incapable d'évaluer si une nouvelle "tendance"(agile, cloud, JAM, data digging) est applicable sur leur périmètre courant. Nous nous retrouvons régulièrement dans la subtile situation où le [tech lead et les ingénieurs logiciels](moins payés, sinon c'est pas fun) finissent par faire des propositions consistantes et détaillées, pour que le manager(ou le chef de projet) s'accapare le prestige auprès des investisseurs.

- des chefs d'entreprise représentant le plus haut level décisionnel, mais affichant un niveau de connaissance insuffisante sur le marché qu'ils attaquent, et parfois en comptabilité de base(dans une moindre mesure).

Comme JBP le mentionne régulièrement, on a juste besoin de réparer les systèmes hiérarchiques d'entreprise, en revalorisant la compétence. Les robots sont juste là pour nous aider en automatisant les tâches ne demandant aucun ou très peu d'investissement intellectuel. Mais bon, je reste ouvert à toutes les possibilités; si ça se trouve, je suis complètement à l'ouest .
0  0 
Avatar de mister3957
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/09/2019 à 14:38
Je préfère carrément mon patron à une machine.

La raison est simple : Quand un truc me casse les ******** je ne le fais pas. Il a eu l'intelligence de faire avec et ça se passe bien.
0  0 
Avatar de Galet
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 20/09/2019 à 16:02
Allez, pour la pause café un peu d'humour entre 2 lignes de code :

Ryu2000: Les humains ont plus de bogues que les machines.
Ils ont aussi beaucoup plus d'imagination...et puis, question sentiments, je trouve les machines plutôt froides...
Eut...pas d'imagination, peu d'humour, peu de sentiments ! Je viens de m’apercevoir que ces compliments fonctionnent aussi pour beaucoup de chefs

Et pi, quand un robot arrive en limite de compétence...on lui rajoute une barrette de Ram ou 2, on lui nettoie le disque dur, on le connecte à un nouveau serveur BigData pour qu'il y puise un peu d'amusement et c'est reparti comme en l'an 40. Les chefs, ça demande beaucoup boulot : faut lui faire des compliments sur sa nouvelle auto ou sur son score de golf. En fait, dans les 2 cas avec un peu de 'maintenance préventive', on peut arriver à quelques chose...Faut seulement être humain !

SergioIsBack: Ça sert à quoi les trollidis si on plus raconter des conneries ?
Plus sérieusement : Avec les normes, les reporting et les statistiques, les obligations sont malheureusement assez similaires.

Mais au fait, si on fait un sondage chez les robots pour savoir s'ils préfèrent diriger des hommes ou d'autres congénères. D'après-vous, quelle serait la réponse majoritaire ?

Bien l'bonjour chez vous...numéro 6 !
0  0 
Avatar de sergio_is_back
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/09/2019 à 16:32
Citation Envoyé par wallas00 Voir le message
Donc tu sous-entends que les autistes ne constituent pas une minorité qui subie une oppression volontaire ou involontaire des mâles caucasiens...
Nan !!

Je voulais juste dire que l'expression "Genre pas de manière discriminatoire, elle est vraiment autiste" : Être autiste de manière discriminatoire ou pas : Ben, la phrase veut rien dire !
0  0 
Avatar de straasha
Membre actif https://www.developpez.com
Le 23/09/2019 à 12:24
Le patron je sais pas mais j'ai certains collègues qui codent aussi bien qu'un robot Roomba posé sur le clavier, ceux là je les remplacerais bien, et je suis sur que l'autonomie du Roomba est plus grande que leur temps de travail effectif journalier …
0  0