IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Trolldi : si l'IA venait à prendre en charge presque toutes les formes de travail, que feraient les humains durant leur vie ?
L'IA véritable destructeur ou transformateur d'emplois ?

Le , par Stéphane le calme

36PARTAGES

12  0 
Avec toutes les incroyables avancées récentes de l'IA, nombreux sont ceux qui pensent qu'un jour l'IA pourra remplacer presque toutes les formes de travail. Mais la plupart des humains doivent travailler afin de gagner un revenu pour subvenir à leurs besoins. Alors sans travail, que feraient les humains ? L'argent deviendrait-il inutile ? Comment le revenu universel interviendrait-il ? Les humains seraient-ils simplement assis et vivraient au paradis tandis que les robots IA leur fourniraient tout ce qu'ils veulent et dont ils ont besoin ?

Pour certains, les avancées en intelligence artificielle sont la manifestation d'un grand bon en matière d'innovation. Mais d'autres y voient une menace pour l’humanité, notamment dans le travail jusqu’ici dédié à l’être humain. L’IA, véritable destructeur d’emploi ?

Non, l'avènement de l'IA ne va pas détruire tous les emplois, mais les transformer ou en créer de nouveaux

Le premier groupe d'observateurs s'appuie sur l'histoire. Il faut dire que, même lorsque les machines ont remplacé les emplois, cela a conduit à la création d’autres emplois.

Par exemple, les emplois liés aux chevaux ont été remplacés à l'avènement de l'automobile. Mais des emplois ont aussi été créés dans l’industrie automobile, dans la construction de routes, dans de nouvelles industries, comme la logistique ou le tourisme.

De même, le terme computer (calculateur), en usage dès le début du XVIIe siècle (la première référence écrite connue date de 1613), signifiait « celui qui calcule ». Il s'agissait donc d'une personne effectuant des calculs mathématiques, avant que les ordinateurs électroniques ne soient commercialisés. Alan Turing a décrit le human computer (calculateur humain) comme quelqu'un qui est « censé suivre des règles fixes ; il n'a aucune autorité pour s'en écarter dans le moindre détail ». Des équipes de personnes, souvent des femmes à partir de la fin du XIXe siècle, ont été utilisé pour entreprendre des calculs longs et souvent fastidieux; le travail a été divisé afin que cela puisse être fait en parallèle. Les mêmes calculs étaient fréquemment effectués indépendamment par des équipes distinctes pour vérifier l'exactitude des résultats.

Le livre When Computers Were Human présente un récit approfondi de cette époque méconnue de 200 ans dans l'histoire de la science et de la technologie.


Cette profession a été vite concurrencée par les ordinateurs et l'a rendue obsolète dès qu'ils [les ordinateurs] sont devenus moins cher.

En somme, le premier groupe d'observateurs estime que la révolution numérique a non seulement créé beaucoup plus d’emplois qu’elle en a détruit mais a aussi amélioré la qualité des emplois.

Oui, l'avènement de l'IA va conduire à la fin du travail comme on le connaît

Le second groupe est plus pessimiste. Pour lui, l'IA va se faufiler dans presque toutes les couches de métiers, les rendant obsolètes. Pour justifier leurs points de vue, ils s'appuient sur les avancées technologiques qui ont eu lieu au cours de ces dernières années et des remaniements effectués dans les entreprises. Ils brandissent également certaines études qui semblent aller dans leur sens.

Près d'un emploi sur deux à « haut risque » d'être automatisé

Fin 2013, une étude universitaire d’Oxford a prédit que 47 pour cent des emplois américains sont à « haut risque » d’être automatisés au cours des 20 prochaines années. L’étude portait sur 702 professions. Elle était basée sur les données du ministère du Travail, et a permis d’attribuer une probabilité d’automatisation à chacune de ces professions.

Selon l’étude d’Oxford et d’autres recherches, si tous les emplois semblent être menacés, les impacts varient considérablement selon l’industrie. Ainsi, dans les industries où l’interaction humaine est essentielle, l’automatisation menace moins d’emplois qu'elle ne le fait sur le marché du travail dans son ensemble. C’est le cas par exemple des soins de santé. D’autre part, les métiers de chauffeurs de taxi et de camion pourraient faire face à un avenir sombre étant donné les progrès récents dans les voitures autonomes.

Les professions un peu mieux rémunérées telles que celles des avocats et des journalistes sont également menacées comme l’étude a pu le montrer. Les chercheurs d’Oxford ont en effet considéré des logiciels qui permettent d’analyser et de trier des documents juridiques ou réaliser de manière efficiente d'autres tâches sur lesquelles les avocats pourraient passer des heures. En ce qui concerne les journalistes, ils sont également confrontés à des startups comme Automated Insights, qui analysent les informations et les transforment en récits lisibles. Il y a également le milieu de la finance qui se distingue par un risque d’automatisation particulièrement élevé (54 % selon l’étude), le plus élevé dans toute l’industrie qualifiée, parce qu’il repose sur le traitement de l’information.

Entre 2013 et 2023, plusieurs avancées technologiques ont été réalisées avec des conséquences potentielles dans le monde de l'emploi.

Covid-19 et les pertes massives d'emplois

Le COVID-19 a entraîné une perte d'emplois massive dans le monde entier. Aux États-Unis seulement, plus de 22,6 millions de personnes ont perdu leur emploi en 2020. En février 2021, le Moniteur de l'Organisation internationale du travail (OIT) a rapporté que les mesures de confinement liées à la pandémie ont coûté 114 millions de pertes d'emplois en un an seulement. En d'autres termes, la pandémie a enlevé 8,8 % des heures de travail mondiales, ce qui équivaut à 255 millions d'emplois à temps plein.

Selon le Forum économique mondial, l'impact économique de ces heures de travail perdues en un an seulement était de 3,7 billions de dollars (1 billion représentant 1 000 milliards) en revenus du travail perdus. Avec le déploiement des vaccins COVID-19, les entreprises et les secteurs manufacturiers ont progressivement rouvert. Cependant, une fois la pandémie terminée, plusieurs emplois perdus pourraient ne jamais revenir aux êtres humains.

Avec des machines intelligentes à l'horizon et avec un accent industriel sur l'amélioration de la productivité et la réduction des coûts dans l'ère post-pandémique, l'intelligence artificielle (IA) et les robots autonomes sont destinés à remporter cette offre du futur marché du travail.

Le Forum économique mondial a déjà prédit que les machines intelligentes prendront plus de 85 millions d'emplois d'ici 2025. Nous pourrions voir des images encore plus effrayantes de pertes d'emplois humains d'ici une décennie, selon lui. « D'ici 2025, l'automatisation et une nouvelle répartition du travail entre les humains et les machines perturberont 85 millions d'emplois dans le monde entier dans les moyennes et grandes entreprises de 15 secteurs et 26 économies. Les rôles dans des domaines tels que la saisie de données, la comptabilité et le soutien administratif sont de moins en moins demandés à mesure que l'automatisation et la numérisation sur le lieu de travail se développent. Plus de 80 % des chefs d'entreprise accélèrent les projets de numérisation des processus de travail et de déploiement de nouvelles technologies. Cinquante pour cent des employeurs prévoient d’accélérer l'automatisation de certains rôles dans leur entreprise. Contrairement aux années précédentes, la création de postes est en train de ralentir tandis que la destruction d'emplois s'accélère ».

Les IA génératives

Nous pouvons aussi citer les prouesses dans les IA génératives, comme DALL-E et ChatGPT. La première permet de générer des images à partir d'une commande textuelle. La deuxième permet de générer du texte (voire même des lignes de code). Les IA génératives suscitent déjà la controverse dans plusieurs cercles (artistes, écoles, scientifiques, santé mentale, etc.). Le média Cnet teste d'ailleurs ChatGPT depuis novembre pour générer une vague d'articles explicatifs financiers.


« ChatGPT a vraiment captivé l'imagination du public d'une manière extrêmement convaincante, mais je pense que dans quelques mois, ChatGPT sera simplement considéré comme un autre outil alimenté par cette nouvelle forme d'IA, connue sous le nom d'IA générative », a déclaré Nina Schick, conférencière en IA, dans une interview avec Yahoo Finance.

Il est important de comprendre ce qu'est exactement l'IA générative - et ce qu'elle n'est pas.

« Ce que l'IA générative peut faire, essentiellement, c'est créer de nouvelles choses qui auraient jusqu'à présent été considérées comme uniques à l'intelligence ou à la créativité humaine », a-t-elle déclaré. « L'IA générative peut créer sur tous les médias, donc du texte, de la vidéo, de l'audio, des images - chaque support numérique peut être alimenté par l'IA générative. Donc, je pense que ces valorisations que vous voyez pour OpenAI vont en fait augmenter et nous allons commencer à voir encore plus d'entreprises d'IA génératives qui ont des applications universelles dans de nombreux secteurs en 2023 ».

Tout cela est encore vraiment nouveau, car les applications pour l'IA générative « ne sont vraiment apparues au premier plan qu'au cours des 24 à 6 derniers mois », a ajouté Schick. L'espace de l'IA générative devrait devenir beaucoup plus compétitif l'année prochaine, a déclaré Schick, qui s'attend à voir des entreprises comme Google, Microsoft et Apple faire « beaucoup plus » dans cet espace.

L'emploi de l'IA au sein de l'entreprise

Des employeurs ont fait appel à des systèmes de recrutement s'appuyant sur l'intelligence artificielle. Conçu par la société de technologie de recrutement HireVue, le système utilise des caméras d’ordinateur ou de téléphone portable des candidats pour analyser leurs mouvements faciaux, leur choix de mots et leur voix avant de les classer par rapport à d’autres candidats sur la base d’un score « d’employabilité » généré automatiquement.

Selon le Washington Post, les « évaluations appuyées par l'IA » de HireVue sont devenues si omniprésentes dans certains secteurs, notamment l'hôtellerie et la finance, que les universités s'efforcent de former les étudiants à la recherche des meilleurs résultats. Plus de 100 employeurs utilisent désormais le système, y compris Hilton, Unilever et Goldman Sachs, et plus d'un million de demandeurs d'emploi ont été analysés.

McDonald's a commencé à tester son tout premier restaurant robotisé au Texas, suscitant à la fois débat et intrigue. À Fort Worth, au Texas, la succursale est entièrement automatisée et ne nécessite aucun contact humain pour récupérer votre commande et vous donner votre repas. Les clients peuvent utiliser des écrans pour commander et vont récupérer la commande grâce à une machine.

Conclusion

Dans notre monde dystopique, trolldi oblige, supposons que l'IA prenne en charge tous les emplois, de chauffeur de taxi (coucou Tesla et son Autopilot / Full Self-Driving) à spécialiste en cybersécurité en passant par PDG d'une grande boîte comme Meta (Mark Zuckerberg pourrait bien être remplacé par son avatar sur son métavers non ?). Quelles en seraient alors les implications ?

Et vous ?

L'IA est-elle, selon vous un véritable destructeur d'emplois ? Pourquoi ?
Fin 2013, une étude universitaire d’Oxford a prédit que 47 pour cent des emplois américains sont à « haut risque » d’être automatisés au cours des 20 prochaines année. Nous en sommes déjà à la moitié, s'il fallait dresser un bilan, l'évolution du monde du travail va-t-il dans le sens de l'étude d'Oxford ?
Si les IA prenaient en charge tous les emplois, que feraient les humains ?
L'argent aurait-il encore une valeur ?
Comment le revenu universel interviendrait-il ? D'ailleurs qui le payerait si les humains venaient à ne plus travailler ?
Les humains seraient-ils simplement assis et vivraient au paradis tandis que les robots IA leur fourniraient tout ce qu'ils veulent et dont ils ont besoin ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de virginieh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/01/2023 à 10:07
Ou un autre parce que le système communiste tel que pensé au départ (les moyens de production appartenant aux travailleurs) ne serait pas plus adapté (puisqu'il n'y aurait plus qu'une très infime minorité de travailleurs.

Il faudrait trouver un système économique qui prend en compte :
- qu'entre l'automatisation et l'IA il y aura beaucoup moins d'emploi
- que les ressources ne sont pas infinies

et qui réduise les inégalités

C'est pas gagné, d'autant moins que ce n'est pas dans les tuyaux de ceux qui détiennent le pouvoir qui sont plus dans un état d'esprit on accélère la destruction écologique et sociale puis on va se planquer dans des bunker en Norvège
8  1 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/01/2023 à 13:16
Que ferait l'humain s'il n'avait pas de travail (et pas de travail à chercher)?
La réponse est simple : il s'occuperait.
Que font nos retraités en bonne santé et qui ont les moyens? On ferait pareil, toute la vie.

Mon grand père travaillait le bois et s'occupait de son potager.
Ma grand mère faisait de la tapisserie et lisait.
Ma mère fait du patchwork et aide des cancéreux.
Mon père s'est remis à la musique et fait des conférence sur le spatial.

Les possibilités sont infinies et si "tout le travail" devient robotisé alors le capitalisme devient obsolète. Et reviendra quand l'échange par troc sera redevenu trop limité.
Mais tous les modèles de société que nous avons conçus sont liés au travail, il est donc compliqué d'envisager un monde sans travail "productif".
Ce monde est il même souhaitable, le monde "produit" par les robots n'est il pas intrinsèquement anti-écologique?
7  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/01/2023 à 9:42
la réponse à cette question est simple: la même choses que les retraités.

Il faudra évidement complétement changer de système économique, car si plus d'argent, plus de consommation et donc plus d’achat et donc plus d'enrichissement des milliardaires.
Je pense qu'un système communiste reviendra en force dans les années à venir.
9  4 
Avatar de onilink_
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/01/2023 à 12:07
Je doute que ça arrive un jour, on va plus vers la dystopie que ce genre de scénario bisounours.

Ce qu'il va probablement se passer, c'est que l'IA va nous remplacer petit à dans toutes les taches automatisable qui nécessitent du personnel hautement qualifié, et par conséquent cher.

En revanche, comme nous vivons dans un monde finis avec des ressources limitées (et encore plus l'énergie), il n'y aura pas de robots pour remplacer les taches ingrates.
Il faudra des bras humains pour tout ce qui est travail de manutention, ou encore les jobs qui ne demandent que peu de qualification (je doute franchement qu'on remplace l'employé jetable au macdo par un robot extrêmement cher qui demande de la maintenance régulièrement).

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que dans un monde capitaliste comme le notre, l'IA n'est pas du côté de l’individu, mais du coté des corpos. Elle va juste accentuer de manière démesurée les inégalités sociales.

L’entraînement des gros modèles d'IA comme ChatGPT nécessitent des ressources hallucinantes pour leur entraînement. Ressources inaccessibles au commun des mortels ou des petites/moyennes entreprises.

Il n'y a donc rien d'étonnant de voir l’intérêt porté par les GAFAM à l'IA, et tout leur "cool washing" pour nous faire oublier le danger de ces technologies.

Et comme les gouvernement sont corrompus à différentes échelles, quand on s'en rendra compte ce sera déjà trop tard.
6  1 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 21/01/2023 à 20:03
Un travail n'est pas un absolu : si un travail existe, c'est parce qu'à un moment il y a eu un besoin poussant des gens à mettre en place une activité. Cette activité a ensuite démontré son utilité, l'amenant à être reproduite ailleurs. Cet essor a ensuite mis en avant différentes pratiques avec différents niveaux de qualité. Le manque de qualité de certaines pratiques amenant à des complaintes. Complaintes amenant à un besoin d'identification des bonnes pratiques. Bonnes pratiques amenant à la professionnalisation de l'activité (formations, certifications, etc.).

La programmation logicielle n'existe que parce qu'à un moment il y a eu besoin de programmer des machines. Machines qui n'existent que depuis quelques décennies. Avant ça on faisait les calculs à la main, comme le rappel l'article. Le travail disponible n'étant qu'une conséquence des besoins de la société, il évolue avec ces besoins.

Si demain la totalité des emplois existant aujourd'hui sont automatisés, cela veut dire que le besoin correspondant à ces activités est mieux couvert par l'automatisation, ce qui nous libère pour d'autres activités. Nous découvrirons à ce moment-là quelles sont les nouvelles activités que les gens souhaitent faire pour améliorer leur quotidien. De là en sortiront les nouveaux emplois de demain. On peut spéculer quant à leur nature, mais on ne pourra vraiment les connaître qu'une fois qu'on y sera. Et c'est le même process que je décris au début qui décidera de ce qui mérite d'être professionnalisé et donc aux nouveaux emplois.

À côté de ça, il y aura aussi des gens qui continueront de faire des activités pour le plaisir de les faire. Tout comme il existe des gens qui font du sport sans chercher à être athlète pro, ou qui jouent aux échecs sans être joueur pro, ou qui bricolent dans leur garage sans devenir mécano, ou qui programment chez eux sans devenir développeur, etc.

Ce qui peut changer, c'est de mettre en avant la distinction entre les activités qui peuvent être déléguées de celles qui n'ont d'intérêt que si on les fait soi-même. Comme entretenir le jardin de quelqu'un ou jardiner soi-même pour être en contact avec la nature. C'est la même activité, mais l'une se valorise par son résultat final alors que l'autre se valorise par l'activité elle-même. La première peut-être automatisée pour en améliorer le résultat, la seconde n'a aucun intérêt à l'être. Si on devait subir une automatisation maximale, ne resterait alors que les activités du second type, qui ne sont pas automatisables par nature.

La question finale étant de savoir si parmi ces activités il y en aurait encore des "utiles à d'autres", qui justifieraient donc un revenu "récompensatoire" (salaire), ou si cela deviendrait de la simple qualité de vie, amenant au besoin de fournir un revenue "pour vivre" (revenu de base). Si l'activité salariée n'est plus suffisante à la survie des individus, le revenu de base deviendra nécessaire.
4  0 
Avatar de eric44000
Membre actif https://www.developpez.com
Le 20/01/2023 à 12:23
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
si l'IA venait à prendre en charge presque toutes les formes de travail, que feraient les humains durant leur vie ?
Avec le réchauffement, toutes vies aura disparu. Seule l'IA prendra en charge toutes formes de travail. Les entreprises feront des commandes prédictives sur des siècles et s'enverront des mails à l'infini et au-delà.
4  1 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/01/2023 à 13:42
Ah, le fameux jour où on aura des IA d'une intelligence générale équivalente à l'homme, afin de le remplacer dans toutes les tâches.
On n'y est pas encore, et peut être que ça prendra des siècles de recherche...

Ensuite, pour remplacer l'homme, il faudrait construire des corps de robots à ces IA. Mais est-ce seulement faisable ? certainement pas avec les technologies actuelles qui emploient du métal et des batteries chimiques. On n'a juste pas assez de ressources minières pour remplacer chaque personne.
De plus, les batteries chimiques ne peuvent pas avoir une densité énergétique électrique suffisante (c'est lié au nombre de charges par atome métallique et on utilise déjà le lithium qui est le plus léger).
Donc, il faudrait faire des robots avec des éléments différents idéalement non métalliques... et basés sur une chimie énergétique différente... un peu comme des hommes quoi ! il va encore falloir beaucoup de siècles !

Citation Envoyé par totozor Voir le message
...
Ce monde est il même souhaitable, le monde "produit" par les robots n'est il pas intrinsèquement anti-écologique?
ça dépend combien de ressources qu'on utilise... mais les robots pourraient faire des choses impossibles pour l'homme en raison du coût, comme ramasser les insectes un par un au lieu de vaporiser, ou trier démonter les appareils à recycler au lieu de les broyer avec un tri moyen du métal.
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 22/01/2023 à 10:07
L'automatisation va très certainement supprimer des emplois, et beaucoup.
Les gens qui n'ont pas d'emploi devront bien vivre, donc soit il y aura une forme de revenu universel, soit les gens qui ne font pas partie des nantis se débrouilleront par eux-même un peu comme dans les favélas.

100% des emplois ne disparaitront pas, et les futurs emplois seront très techniques. Le peu de gens qui travaillent auront un réel pouvoir, ou devront être bien payés, sinon pourquoi travailleraient ils ? ne deviendront ils donc pas nantis, du moins en partie ? et donc voudront t'ils encore travailler, ou travailler à temps plein ?
2  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 21/01/2023 à 14:21
histoire de rebondir, Amazon a abandonné il me semble ces magasins 100% autonome.
et ils ont abandonnée aussi leurs robots de livraison autonome.

Et je connais pleins de boite très contente y'a 10ans de délocaliser leurs usines en chine car moins cher et qui reviennent en Europe la queue entre les jambes.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/01/2023 à 21:47
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Si demain la totalité des emplois existant aujourd'hui sont automatisés, cela veut dire que le besoin correspondant à ces activités est mieux couvert par l'automatisation, ce qui nous libère pour d'autres activités. Nous découvrirons à ce moment-là quelles sont les nouvelles activités que les gens souhaitent faire pour améliorer leur quotidien.
Ouais mais si tu n'as pas de travail, tu n'as pas de revenu, donc tu n'as pas les moyens de faire de nouvelles activités.
Je pense que quasiment tout le monde va perdre en qualité de vie.
1  0