IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Trolldi : le sacré on s'en tape ? Ces applications se réservent le droit de vendre vos prières
Des investisseurs affluent dans les applis chrétiennes et en font un business via les datas personnelles

Le , par Patrick Ruiz

40PARTAGES

14  1 
Gestion de la pandémie de coronavirus oblige : l’on assiste à l’apparition d’une nouvelle « trinité » : personnes isolées avides d’attachement, religions qui s’adaptent à un monde de plus en plus connecté (via des applis, des robots prêtres, etc.) et investisseurs technologiques à la recherche de créneaux de consommation qui vont vers le numérique. C’est ce qui serait le visage de l’Église de demain avec un dénominateur commun avec celle de l’époque de Jésus : les vendeurs dans le temple en la personne des investisseurs qui portent des projets d’applications chrétiennes qui siphonnent les données personnelles et vont jusqu’à vendre les prières des utilisateurs. Le sacré on s’en tape ?


En effet, dans le cadre de l'audit de Pray.com, le chercheur en protection de la vie privée Zach Edwards a accédé à un épisode de podcast dans l'application avec l’intitulé "Q&A : Dating, Porn, Sex, & Divorce". Il a ainsi fait la découverte de ce que l'appli partage les détails du contenu consulté avec Facebook et deux autres sociétés : LeadsRX et Branch.io. Ce sont des entreprises qui déterminent quelles publicités amènent les gens à faire des achats. Le fait de partager la visite d'Edwards sur ce podcast particulier est de nature à permettre à Pray.com de déterminer ensuite si son intérêt pour l'épisode l'a conduit à consommer d'autres contenus ou à acheter quelque chose. La plateforme (Pray.com) n'a pas contesté le fait qu'elle envoie des données sur l'engagement des utilisateurs avec un contenu spécifique à ce type de sociétés.

Cette pratique semble être conforme à la politique de confidentialité de Pray.com qui indique qu'elle partage les informations relatives aux utilisateurs avec des "fournisseurs tiers", notamment des "outils de publicité, de vente et de marketing". C’est en droite ligne avec ces différents constats que le chercheur prévient : « Si quelqu'un veut se mettre entre vous, vos prières et le dieu que vous vénérez avec un produit numérique complexe, soyez sceptique quant à ses motivations. »


Des sociétés comme Hallow, Bible Gateway et Glorify allongent la liste de ces entreprises qui ont fait une vache à lait des données tirées de la foi de tiers qui utilisent leurs applications. Le tableau est tel que les utilisateurs doivent garder à l’esprit que tout (ou presque) ce qu’ils disent ou font sur des plateformes publiques comme les réseaux sociaux - ainsi que dans des sphères privées comme les applications de prière – peut être considéré comme « propriété » des grandes entreprises technologiques. De ce fait, elles sont souvent techniquement autorisées à en faire ce qu'elles veulent, y compris à les vendre aux plus offrants. Les complexes conditions d’utilisation dont on néglige la plupart du temps la lecture du fait de leur longueur posent les bases de ce commerce dans le « temple du Seigneur. »

C’est ce qu’on peut tirer du sacré qui importe. En effet, Facebook propose, depuis la mi-parcours de l’année précédente, un outil dit « de prière » à l’intention des églises, des mosquées, les synagogues et autres. Ce dernier est utile pour demander à des membres de groupes privés des prières sur des sujets spécifiques. Des participants répondent en cliquant sur un bouton avec la mention « j’ai prié. » Ces derniers voient ensuite leurs noms d’utilisateurs paraître dans un listing visible de l’utilisateur qui formule la demande de prière.


Les soucis avec l’outil débutent lorsqu’on se rend compte que le réseau social s’en sert comme mur de monétisation de la « parole de Dieu. » L'Église de Dieu en Christ, une dénomination pentecôtiste afro-américaine, a par exemple reçu un accès anticipé à plusieurs des fonctions de monétisation de Facebook, leur offrant de nouvelles sources de revenus : des abonnements où les utilisateurs paient, par exemple, 9,99 dollars par mois et reçoivent du contenu exclusif, comme des messages de l'évêque. De plus, un autre outil permet aux fidèles qui regardent les services en ligne d'envoyer des dons en temps réel. Les dirigeants se sont prononcés contre une troisième fonctionnalité : les publicités pendant les flux vidéo.

Hallow (pour revenir sur ce seul cas) est une application catholique de prière et de méditation. Elle revendique plus d’un million de téléchargements. Elle a levé plus de 52 millions de dollars d’investissements. C’est dire quels sont les enjeux financiers dans cette filière de monétisation des données tirées de la foi.

Sources : Twitter, CGU pray.com

Et vous ?

Que pensez-vous du fait de voir des investisseurs vendre les prières d’utilisateurs de leurs applications pour se faire de l’argent ?
Ce tableau n’est-il pas simplement une redite d’initiatives similaires dans la sphère de la foi ?

Voir aussi :

Trolldi : et si le philosophe Marc Aurèle était un développeur ? Un ingénieur logiciel transforme ses paroles en jargon métier
Trolldi : les célèbres lois de l'informatique et du développement logiciel, quelles sont celles qui impactent votre travail le plus souvent ?
Trolldi : toi aussi joue à Fortnite et gagne 10 millions de dollars en un an, une bonne façon de gagner sa vie ?
Trolldi : après les emplois humains, les robots voudraient-ils prendre la place de nos animaux de compagnie ? Lovot souhaite vous rendre heureux
Best of Trolldi : quels ont été vos trolldi préférés en 2018 ? Voici les 10 trolldi les plus lus de 2018

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 28/01/2022 à 10:03
Avant internet et les smartphones, les prêcheurs télévisuels sans scrupules faisaient déjà commerce de leur sermon. Le business devient faramineux et ne doit pas se limiter à la seule religion chrétienne. Il doit y avoir le même pour les autres religions, je pense. La parole sacrée est dévoyée par ces pratiques.

Sinon, lequel fait plus tâche des abus sexuels ou des abus de crédulité ? ( voire parfois, les deux à la fois )
5  0 
Avatar de Fagus
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/01/2022 à 13:19
J'utiliserai ces fonctions quand Dieu aura un compte FB officiel (validé par un miracle public majeur et indéniable, comme la paix universelle ou l'élection d'un gouvernement compétent en France), d'ici là,
6  1 
Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 29/01/2022 à 10:35
Il n’y a pas que la religion chrétienne,
ou les applications orientées religion chrétienne,
qui attire les marchands du temple !!!
3  0 
Avatar de thamn
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/01/2022 à 23:52
Citation Envoyé par Fagus Voir le message
J'utiliserai ces fonctions quand Dieu aura un compte FB officiel (validé par un miracle public majeur et indéniable, comme la paix universelle ou l'élection d'un gouvernement compétent en France), d'ici là,
1  0 
Avatar de thamn
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/01/2022 à 23:57
Citation Envoyé par denisys Voir le message
Il n’y a pas que la religion chrétienne,
ou les applications orientées religion chrétienne,
qui attire les marchands du temple !!!
ça me semble logique que ça fonctionne bien avec des profils capable de croire aussi fort en des fables.. On rigole tous des platistes mais pas des religions monothéiste, enfin c'est peut-être parce que si on considères les effets de bords des systèmes que ces fables on engendrés, on n'a plus vraiment envie de rigoler..
1  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/01/2022 à 16:28
Certaines lettres de Paul dénoncent déjà ce genre de pratiques. Avec les technologies de l'époque, certes. Mais la nature humaine ne change pas. Que Dieu soit réel ou pas (j'ai un gros doute, mais ça n'est pas le sujet), il y aura toujours des margoulins pour abuser de sa patience...et pour racler les fonds de poche des croyants sincères.
0  0